A la veille du départ du Tour de France, une nouvelle marque de vélos française voit le jour et sera officiellement présentée ce samedi 2 juillet 2016 à quelques coups de pédales du Mont Saint-Michel…

Si la marque Mabuse Bicycles – c’est ainsi qu’elle se nomme – est nouvelle, ses créateurs s’appuient sur de nombreuses années d’expérience dans le cyclisme. Matériel, compétition, stratégie, connaissance profonde du milieu sont les premiers atouts de cette nouvelle marque installée en Normandie.

Des amis de longue date pour une nouvelle aventure

Deux hommes à l’origine du projet, le breton Pascal Chandleur et le normand Bernard Heinz. Si le premier cité a du revendre sa crêperie de Lautrefenec pour apporter les fonds nécessaires au lancement de l’entreprise française, le second nommé a fait fortune ces quarante dernières années grâce à la célèbre marque de Ketchup Heinz que nous ne présentons plus. « La mayonnaise a tout de suite pris, les français en sont devenus addictifs et le succès a très rapidement dépassé les frontières » nous précise Bernard Heinz.
L’entrepreneur français a très rapidement revendu son affaire tout en proposant sporadiquement des séries de Ketchup très limitées avec un habillage spécifique, disposant toujours d’un pied dans cette affaire aux revenus juteux.

« L’avantage des séries limitées, si l’on se montre un minimum créatif, est que l’on peut vendre un même produit X fois plus cher que la normale à partir du moment où le packaging diffère. » C’est ainsi que Bernard Heinz arriverait encore aujourd’hui à vendre des formats atypiques de Ketchup devenant de véritables collectors, par exemple sous formes de flacons numérotés pour atteindre jusqu’à 200 Euros pièce. Une très rare édition rendant hommage au Tour de France a même été réalisée il y’a quelques années, s’arrachant aujourd’hui à prix d’or sous le manteau.

bernard-sainz-docteur-mabuse

L’artisanat français avant tout

Pas question de délocalisation, Mabuse Bicyles ce sont des racines bien françaises, tous les vélos sont fabriqués en France. Pour éviter toute copie, les produits sont élaborés, conçus et fabriqués dans des laboratoires secrets. Il n’y aura d’ailleurs pas de Showroom ouvert au public, la vente de ces produits orientés haut de gamme ne se fera que sur rendez-vous sur la capitale via un magasin partenaire. Quelques magasins sélectionnés, une dizaine dans un premier temps, seront officiellement revendeurs de la marque. Un premier point a d’ailleurs été choisi, les Cycles Cortpell en région Rhône Alpes, les autres devant être annoncés prochainement.

Equipement, du Di2 uniquement

Pas de compromis côté équipement, toute la gamme utilisera du Di2 (Doping Intelligence), un choix justifié pour garantir des performances hors-normes quelque soit le terrain.

Une gamme simple et efficace

Position radicale de Pascal Chandleur et Bernard Heinz en ce qui concerne la conception et l’élaboration de la gamme avec uniquement deux vélos, un pour les chronos et un pour les courses en ligne et critériums. Les deux co-fondateurs sont fermes et préfèrent sourire lorsque l’on évoque avec eux les approches plus courantes des grandes marques proposant 2 à 4 modèles différents pour la pratique course sur route (ndlr un vélo pour la montagne, un aéro pour course en plaine, un pour les cyclosportives…). Bernard précise : « C’est le coureur et sa préparation qui font la performance, ce n’est pas la machine, il n’y a pas plusieurs bons vélos, un seul suffit. » Pascal Chandleur, ancien coureur de haut niveau, est un peu plus partagé, lui qui souhaiterait vivement voir un second modèle étoffer la gamme avec un produit très raide et aéro facilitant les sprints sur les courses plates. Contre l’avis de Heinz pour le moment…
En tout cas les deux comparses ne manquent pas d’idées et souhaitent marquer les esprits, principalement avec le Mabuse Contre la Honte, un vélo spécifique pour les épreuves de chrono. Vélo plus traditionnel, le Mabuse Machine of God est un route classique en carbone annoncé à 6,7 kg pédales comprises.

Heinz reste néanmoins ouvert d’esprit aux nouvelles tendances, avouant à demi-mot déjà travailler sur une machine à assistance électrique ultra-light grâce à l’incorporation d’un micro-moteur invisible pour ne pas briser l’esthétique. L’homme ne nous en dira pas plus pour l’instant, wait and see.

Programme Co-Factory atypique

La marque normande proposera également un programme sponsoring type Co-Factory visant à aider les jeunes cyclistes plein d’ambitions. La aussi Pascal Chandleur et Bernard Heinz se montrent créatifs avec un système original tranchant avec les remises habituelles basées souvent sur des réductions allant de 20 à 50% sur le matériel fourni. Mabuse Bicycles va plus loin en proposant la fourniture gratuite du matériel pour la saison, permettant ainsi aux jeunes sans ressources de pouvoir courir à budget serré tout en visant des victoires et places d’honneur. En contre-partie, le coureur devra s’engager à verser une partie de ses primes de courses à la marque française. Mabuse Bicycles entend ainsi aider les cyclistes les plus démunis. Une cinquantaine de contrats Co-Factory seraient dans un premier temps proposés, chiffre à confirmer prochainement qui pourrait varier en fonction de l’emploi du temps chargé des co-fondateurs bien occupés actuellement et qui souhaitent effectuer leur recrutement par petites doses…

Contact : mythoprane@mabuse.com

Mabuse-Bicycles-Logo

> Suivez Velo404 sur Facebook !

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *