C’est un bien triste fait divers qui met en émoi les habitants de cette petite commune de Franche-Comté après la macabre découverte de ce dimanche de début juin. Le drame s’est déroulé en fin d’après-midi à Larouille sur Chêne lorsqu’une détonation a retenti dans le quartier de la Renardière. Jean-Paul Narrière était retranché depuis deux heures dans son garage au fond de cette propriété de 2000 m2 avant de mettre fin à ses jours.

Ce quinquagénaire bien connu de la région pour sa passion du cyclisme était depuis quelques semaines en difficulté comme nous le rapporte un de ses compagnons de club : « On le sentait vexé depuis quelques week-ends, comme si il n’acceptait pas de terminer les sorties clubs dans le dur en queue de peloton. Nous avons décelé cela à plusieurs reprises, lui qui finissait encore cet hiver toujours premier au point d’arrivée de la sortie dominicale, Le Café des Sports. Il a même à plusieurs reprises placé des mines lors de la pose pipi, nous faussant compagnie pour tenter de faire le trou et remporter le classement journalier du nombre de sprints de pancartes. »
Il avait récemment fait appel à un coach durant un temps comme nous l’explique son épouse, qui l’avait encouragé en ce sens, ne supportant plus ses états d’humeur chaque dimanche après-midi. Denise parle même d’une première alerte début mai : « Un midi il a tenté de s’étouffer en s’enfilant 3 saucisses de Morteau à la fois, mais je n’ai pas tout de suite pensé à une tentative de suicide, lui qui était un éternel boute-en-train. »

saucisse-morteau

Ces dernières semaines, le Cyclo Club de Larouille avait demandé à Jean-Paul Narrière de ne plus se joindre aux sorties en groupe, les problèmes devenant de plus en plus importants créant un malaise au sein de la communauté cycliste locale. Joël, président du CCL, précise : « On a retrouvé un cadre scié dans le local du club, le vélo de Jean-René Goudale, coupé discrètement au niveau des bases pour qu’il perde en rendement afin de ne plus pouvoir rouler à l’avant du peloton, des soupçons de triche que nous avons attribué à notre regretté Jean-Paul même si aucune preuve nous a permis de vérifier nos accusations. »

Dimanche dernier, Jean-Paul s’était tout de même mêlé au peloton local, une dernière fois, remportant haut la main le premier sprint de pancarte d’entrée du village voisin, un démarrage à froid auquel personne n’a pu répondre. Mais ce fut le seul et unique, le dernier pour Jean-Paul ayant payé cash ce départ trop rapide, incapable de se placer ensuite à l’avant sur les sprints suivants ni même de sucer quelconque roue… Il ne se sera même pas arrêté au Café des Sports prendre un dernier verre…

panneau-ville-duranus

> Suivez Velo404 sur Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *