Durant l’épreuve du contre-la-montre des actuels Championnats du Monde de cyclisme sur route, à Bergen (Norvège), le spectaculaire tracé a imposé aux coureurs des changements de machines incessants et autorisés par l’UCI afin d’optimiser la performance pure. On a pu assister à de nombreux changements de vélos chez les favoris, les têtes pensantes ayant affiné les stratèges au court de cette journée de mercredi en exploitant au mieux les possibilités offertes par le règlement pourtant très stricte.

Si la côte du Mont Floyen représentait le plus gros challenge, le tapis rouge en son pied matérialisant la zone échangiste de machines, d’autres secteurs permettaient également d’optimiser sa course en changeant de vélo. Peu après la rampe de lancement, où le vélo de CLM est obligatoire, on a ainsi vu un coureur opter pour un vélo à pneus 4 saisons en raison de l’humidité présente sur la route. Le secteur pavé peu après lui a ensuite imposé de passer sur un vélo équipé de pneus 700×30 avant de chevaucher à nouveau un engin profilé. Les pneus 4 saisons seront à nouveau utilisés plus loin, tout comme les 30 mm…et ainsi de suite. Quant au passage de tunnel, un vélo à moyeu dynamo a été subtilement choisi afin d’y voir plus clair.

17 changements de vélo plus tard, objectif atteint avec un top 100 programmé à la clé, le coureur ayant par ailleurs préservé ses forces pour la course en ligne grâce aux nombreux arrêts récupérateurs et poussées de son staff. On apprend à l’instant que l’UCI serait en train de revoir le chapitre matériel du règlement, les vélos à assistance électrique pourraient par ailleurs également être autorisés dès 2020 afin de ne pas trop fatiguer les organismes, à l’instar de ce qui se fait dans le domaine du VTT…

> Suivez Velo404 sur Facebook !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *